Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 19:01

Le festival BD d'Angoulème est de plus en plus dense : Il y a tant de choses à voir que mes 2 jours 1/2 (sur les 4 du festival) me semblent maintenant insuffisants.  

 

Je me suis focalisé sur les rencontres avec les auteurs: rencontres dessinées, interviews, spectacles de dessins, toutes plus intéressantes les unes que les autres et cela a pris tout mon temps.

 

Heureusement que les expositions de cette années n'étaient pas pour moi : Willem le dessin de presse et Tardi avec sa grande guerre, exposition que j'ai quand même pu voir rapidement.

Son dessin est beau mais il doit le ronger comme un acide. Imaginez quelqu'un dessiner plusieurs morts par jour  pendant des années.

Mon grand-père aussi a fait cette guerre du début à la fin où il a terminé sergent, mais il ne parlait que des anecdotes drôles: la fois où blessé au pied il ne s'en est apperçu qu'au bruit bizarre que faisait sa botte en marchant, ou la fois où il est tombé dans le rhin à cheval. Ceux qui ont vécu cela ne veulent pas se rappeler de l'horrible, alors que penser de ceux qui maintenant le ressassent  sans l'avoir vécu, quelque soit leur talent par ailleurs ! L'excuse du "plus jamais ça" est un peu facile.

 

Bon, heureusement il y avait beaucoup d'autres choses plus intéressantes.

En particulier l'histoire magique de la BD Transperceneige des années 80 qui, après avoir été presque oubliée, se retrouve en haut de l'affiche grâce à un metteur en scène coréen qui en fait le thème d'un film international à gros budget.

Cette magie du hasard ne serait rien sans la personnalité très attachante du dessinateur, JM Rochette, qui est maintenant peintre de paysages de montagne, et qui s'exprime de manière si pure et sincère que c'est un bonheur de l'écouter.

 

Finalement encore un festival extraordinaire !

Vivement le prochain .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Habaki - dans BD
commenter cet article

commentaires